Retrouvez toute l'information économique de proximité

AÉROPORT DE BRETAGNE : GILLES TELLIER S’EN VA

Gilles Tellier était à la tête des aéroports de Rennes et de Dinard depuis depuis le 1erjanvier 2014.  En mars prochain, il partira dans les Émirats arabes unis où il prendra en charge quatre aéroports à Abu Dhabi dont deux sur des îles du détroit d’Ormuz.

Avec lui, chaque année, l’aéroport de Rennes a augmenté de plus de 16 % ses activités aériennes grâce à l’arrivée de nouvelles compagnies aériennes comme EasyJet.  Originaire du Nord de la France (Valenciennes), Gilles Tellier est un “ch’ti” pure souche.  Mais trait de caractère commun aux Bretons, il a toujours aimé voyager ! À 19 ans, Gilles Tellier part aux États-Unis pour passer ses licences de pilote d’avion. “Je volais au Texas à Fort Worth”, se souvient-il.

Un globe-trotter

De retour en France, diplômé d’un IUT en transport et logistique, le jeune homme effectue son service militaire dans l’armée de l’air à Saintes (Charente-Maritime) où il passe un brevet militaire de pilote d’avion léger après avoir fait ses classes au sein des fusiliers commandos de l’air.

À la sortie de son service national, Gilles Tellier multiplie les expériences dans des compagnies aériennes et y apprend les bases du métier. « J’ai travaillé au sol pour TAT European Airlines (agent d’escale), AOM (chef avion), Sabena (chef d’escale) », se rappelle-t-il.  En 1999, Gilles Tellier pose pour la première fois le pied sur la terre bretonne à Morlaix où il devient directeur adjoint d’exploitation de la filiale d’Air France (Brit Air).

Après les compagnies aériennes, le spécialiste rejoint le secteur aéroportuaire. “Peu de professionnels passent de l’un à l’autre. Je fais un peu figure d’exception”, reconnaît-il.  En 2006, il prend la direction de l’aéroport de Limoges. “C’était un challenge. J’avais envie d’élargir mon périmètre professionnel.”

      Un expérience humaine

Entre 2011 et 2013, changement de pays ! L’aéroport de Phnom Penh au Cambodge lui tend les bras. “Diriger un aéroport, c’est devoir gérer 100 000 ou des millions de passagers qui y transitent, les aspects techniques, le volet commercial, la gestion des risques…dans des contextes et des environnements parfois très différents”, explique Gilles Tellier. “Le Cambodge reste pour moi une expérience managériale et humaine extrêmement enrichissante qui m’a beaucoup marquée.”

Depuis 2014, notre globe-trotter est à la tête des aéroports de Rennes et Dinard. “C’était un choix personnel et un vrai challenge dans la mesure où les choses n’étaient pas gagnées d’avance ! À mon arrivée, il y avait beaucoup de travail à abattre pour diversifier et faire évoluer le trafic aérien de l’infrastructure rennaise.”

A Rennes, le directeur a vite trouvé sa vitesse de croisière dans un aéroport de proximité et à taille humaine. “Sur une même journée, je peux aller de mon bureau jusqu’au tarmac en passant par l’aérogare”. Ici, Gilles Tellier doit faire beaucoup tant pour le développement de l’aéroport que pour son acceptation et son appropriation par les décideurs et les riverains. “Notre singularité n’est pas liée au nombre de passagers mais à ce que nous apportons aux territoires pour son désenclavement, son essor et sa notoriété. Je suis en permanence à manager de l’incertitude car rien n’est acquis à l’avance.”

“Faire fonctionner au quotidien un aéroport est un défi pour mes équipes ! », ajoute-t-il. “Mon job principal est d’être suffisamment persuasif pour transcender les barrières que l’on peut soi-même se fixer…” En revanche pas d’inquiétude pour l’aéroport de Rennes : il est en train de devenir le faire-valoir d’une métropole européenne comme le devient aujourd’hui Rennes.

Les commentaires sont fermés.