Retrouvez toute l'information économique de proximité

PALAIS SAINT-MELAINE : DÉPART EN COURS

Construit à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, le Palais Saint-Melaine est sans doute le moins connu de Rennes. Il a été tour à tour le siège de l’abbé du Couvent, de l’évêché, de l’Intendance, de l’évêché à nouveau, du musée des Beaux Arts, de la Faculté de Droit, de l’Inspection Académique et du Rectorat de Bretagne depuis 1979. Classés au titre des Monuments historiques par arrêté au 21 août 1959 (comme les sols de la cour et du jardin), les bâtiments abritent actuellement plusieurs occupants : la chancellerie des universités et la présidence de l’université Rennes 1. “L’espace occupé par l’Académie et plus particulièrement afférant à la chancellerie des universités représente un peu plus de 10% de l’édifice. Il est dédié à des espaces de réunion et de réception, un logement de fonction (l’appart du recteur) ainsi qu’à des locaux d’archivage”, explique le service de communication de l’Académie.

Surprise estivale, la chancellerie est en cours de déménagement, a annoncé le recteur de l’Académie, Emmanuel Ethis. “Celui-ci se fera en plusieurs temps (juillet pour le logement et les espaces de réunion et puis rapidement pour les archives).” Contactée, la présidence de l’Université de Rennes 1 confirme elle-aussi le départ de son service ressources humaines du Palais vers le campus de Beaulieu. “L’occupation cessera au début de l’année 2020”, confirme la direction de la communication de Rennes 1. “Nos bureaux accueillant 16 collaborateurs de la direction des ressources humaines (1) s’installeront sur le campus de Beaulieu. Ce déménagement regroupera sur un seul site l’ensemble des services de la DRH. Il améliorera ainsi les conditions de travail et d’accueil des personnels de l’établissement”, ajoute la direction.

Les travaux programmés pour accueillir la DRH au sein du bâtiment 24 du campus de Beaulieu sont en cours de réalisation. “Ils s’élèvent à 578 000 €. Ils s’inscrivent dans le cadre du schéma pluriannuel de la stratégie immobilière de l’université et sont financés par une opération du CPER (contrat de plan Etat-Région) immobilier.” Après les déménagements des différents espaces,  une décision d’inutilité sera établie permettant la restitution du Palais Saint-Mélaine aux Domaines de l’État. En clair, ce palais pourra être vendu comme l’ancienne prison de Rennes et l’ancienne résidence du gouverneur militaire de la rue de la Monnaie (toujours inoccupées depuis des années). En tout cas, des promoteurs pourraient voir d’un très bon oeil cet édifice qui . Dans le cas où la municipalité ne serait pas intéressée, l’édifice dispose d’une cour d’honneur et d’un parc d’agrément de 3000 m2 pourrait être acquis par un opérateur privé dans le cadre d’une vente aux enchères ou bien lors d’un appel d’offres.

Il y a quelques années, l’université de Rennes 1 voyait d’un mauvais oeil l’exploitation de ce lieu par des professionnels de l’immobilier.  “Ce bâtiment emblématique serait un lieu stratégique pour donner une lisibilité et une dimension internationale à l’enseignement supérieur à Rennes, insistait Guy Cathelineau, président de l’université Rennes 1 dans les colonnes d’Ouest-France. Le palais Saint-Melaine pourrait accueillir des services mutualisés, être un lieu de coordination dans le cadre d’un rapprochement des universités et grandes écoles. Il pourrait permettre d’accueillir dans de bonnes conditions les délégations étrangères.” Pour l’heure, la ville a trop à faire avec un autre palais : le Palais Saint-Georges. Espérons seulement que les Rennais puissent un jour découvrir cet endroit.

Les commentaires sont fermés.