Retrouvez toute l'information économique de proximité

POUR FABRIQUER DU GEL : LE DISTILLATEUR A BESOIN DE GLYCÉRINE

En ces temps de crise de Coronavirus, les Français retrouvent la débrouille, le système D. Ils cherchent des solutions contre l’impéritie de nos gouvernants. Installé à deux pas de Rennes, le distillateur de La Bouexière, s’est reconverti en fabriquant de gel désinfectant après avoir contacté une maison de retraite de sa région. “L’établissement avait besoin de gel hydroalcoolique”, explique-t-il.

Immédiatement, le jeune homme (distillerie Awen Nature) décide d’en faire pour répondre à la pénurie ! “Il suffit juste d’eau oxygénée, d’alcool, de glycérine, d’eau propre et d’éthanol.” Sous autorisation exceptionnelle étatique, il a commencé depuis cinq jours la fabrication dans sa distillerie. “Le process est assez simple bien plus simple que l’absinthe, le gin ou le rhum botanique”, assure-t-il. “J’en fais au… compte-gouttes en fonction de la demande.”

Un don de 360 litres

À défaut d’activités pour les différents bars, le jeune homme veut faire preuve de générosité. “Je ne peux rien produire actuellement”, confie-t-il. “Je n’ai aucune visibilité mais de toutes les manières, je ne suis pas sûr d’avoir envie. Je suis tout seul dans ma distillerie, Je suis confiné et je ne suis pas prêt de voir du monde. Ma priorité, c’est le gel. C’est un moyen de faire plaisir et de me faire plaisir.”

Sans hésiter, le jeune distillateur veut donner ses bidons à la Croix-Rouge, aux associations, aux maisons de retraite et aux infirmières. “Je souhaite faire un don de 360 litres”, explique-t-il. “Ce n’est rien par rapport au groupe Ricard ! Mais je donne en fonction de mes moyens.” Mais pour continuer à poursuivre la fabrication du précieux liquide (il en a déjà 100 litres), Julien Fanny a besoin au plus vite de la glycérine végétale (ou du gel d’Aloe vera). “J’ai fait même un appel aux dons pour en obtenir”, assure-t-il. Pour l’aider, c’est ici.

 

Les commentaires sont fermés.