Retrouvez toute l'information économique de proximité

POUR SAUVER LA PLANÈTE : LA SNCF A DU PIF

Un nouveau nez de TGV aérodynamique a été mis en place sur un engin ferroviaire pour la première fois le jeudi 15 avril matin, au technicentre Atlantique. Innovant, il a moins de prise au vent, enclenche une consommation réduite d’énergie et résiste mieux aux chocs légers.

Cette innovation concernera toutes les motrices de deux niveaux actuellement en circulation, soit 250 rames TGV. Elle permettra d’éviter l’émission de 537 tonnes de CO2 par an. “Le gain pour l’entreprise est estimé à 640 000 € par an, soit 560 000 € en économie d’énergie et 80 000 € d’économie de dépose d’étraves”, explique la communication de la SNCF. “Une opération 100% gagnante ce d’autant que ce nouveau nez économe et durable ne coûte pas plus cher qu’un nez classique.  L’objectif est de renouveler 95% des nez des motrices du parc TGV à deux niveaux d’ici 2028.”

Cocorico breton : l’équipe Structures du Pôle aménagement mécanique du technicentre Atlantique a procédé au test et au montage d’une nouvelle étrave. Le projet, intitulé Coca (Carénage optimisé pour les chocs et l’aérodynamisme), est le fruit d’une collaboration d’une trentaine d’experts SNCF sous le pilotage de la Direction des opérations industrielles de SNCF Voyages et de la direction Innovation & Recherche.

Les commentaires sont fermés.