Retrouvez toute l'information économique de proximité

SANDEN : LE SYNDICAT CFDT CRAINT LA SUPPRESSION D’UNE CENTAINE D’EMPLOIS À TINTÉNIAC

“Fabricant de compresseurs pour la climatisation automobile, l’usine Sanden de Tinténiac va supprimer 120 emplois CDD/CDI”, annonce Christophe Apprioual, dans un communiqué envoyé à notre rédaction. “Lors de la réunion du CSE (comité social économique) du 20 mai 2021, la Direction a annoncé vouloir mettre un terme à la production de produits structurellement déficitaires et redéployer la production vers les compresseurs électriques et les autres produits liés à l’électrification.”

Du temps partiel et des ruptures conventionnelles
Leur arrêt nécessiterait de redimensionner les équipes. “La direction souhaite faire appel, pendant cette phase de transition au volontariat dans le cadre d’un accord de Rupture conventionnelle Collective (RCC) qui pourrait concerner 120 postes (50 opérateurs et 70 indirects) ou encore à des ajustements conjoncturels (type activité partielle de longue durée (APLD)”.

Depuis l’annonce en mars dernier de l’entrée d’un nouvel investisseur majoritaire le Groupe Chinois Hisense, la CFDT espérait une stratégie industrielle pour la production et la recherche & développement ! “Ce ne sera pas le cas, on passe directement à la case dégraissage sans discussion, c’est une honte ! Nous n’avons pas du tout la même approche du dialogue social. La CFDT syndicat majoritaire sur le site de Tinténiac va par conséquent analyser précisément dès demain ce projet de la Direction afin de protéger au mieux les salariés.”

Au regard de la situation, la CFDT est également inquiète sur le sort réservé aux 200 intérimaires présents sur le site. Le site de Tinténiac est présent depuis vingt-cinq ans dans le tissu local. Il emploie plus de 800 salariés en CDI et 200 intérimaires. Lors d’une cession entérinée le 7 mai prochain, le géant chinois Hisense Home Appliances Group a repris 75 % du capital de Sanden (175 millions d’euros en capital).

“Il y a beaucoup d’incertitudes, mis à part l’information concernant la structure capitalistique du groupe, nous n’avons pas de précision »,confie Philippe Tiron, le directeur des ressources humaines (Source Les Echos).

Cette reprise est liée aux difficultés du groupe Sanden durant la pandémie. “La filiale française présente en effet plusieurs bilans négatifs”, explique le journaliste Stanislas du Guerny, dans les Echos. L’an dernier, Sanden Manufacturing Europe a réalisé un chiffre d’affaires de 235,5 millions d’euros, en perte de 14,3 millions d’euros. En 2019, son chiffre d’affaires atteignait 273,8 millions d’euros pour une perte nette de 20,4 millions d’euros. De son côté Sanden Corporation au Japon est aussi en difficulté, ses ventes ont reculé de plus de 20 % l’an dernier dans l’automobile et son bilan est négatif. Hisense, géant industriel qui emploie 80.000 collaborateurs dans le monde, a l’intention d’engager Sanden dans les systèmes de gestion thermique pour les véhicules électriques.”

 

Les commentaires sont fermés.